Suivre les mises à jour par email

jeudi 29 janvier 2015

Marathon de lettres 2014 : des milliers de personnes au Burkina lancent un appel en faveur des personnes en danger

Du 3 au 17 décembre dernier, plusieurs activités de mobilisation ont été organisées par Amnesty International Burkina Faso dans le cadre du marathon de lettres, un événement mondial d’action en faveur des personnes en danger. Des milliers de personnes ont pu ainsi être informés de la situation de personnes victimes de violations de leurs droits, et ont apporté leur soutien en signant des pétitions et des lettres afin que les droits de ces personnes puissent être protégés.

Il faut dire que depuis sa création en mai 1961, Amnesty International n’a de cesse œuvré pour que des personnes confinées dans des situations de violations de leurs droits recouvrent leur liberté ou leurs droits les plus fondamentaux. C’est pour amplifier ce travail que l’organisation organise chaque année le « marathon de lettres » autour du 10 décembre – Journée internationale des droits humains – pour rendre visible des situations de violations des droits humains et mobiliser des centaines de milliers d’autres personnes pour s’opposer à ces violations à travers le principe de solidarité internationale. Toutes les sections et structures d’Amnesty International, à l’image de la section burkinabé, n’ont pas manqué ce rendez-vous de 2014. De Ouahigouya à Bobo, en passant par Ouagadougou, Mogtédo, Koudougou…, les membres et les sympathisants ont occupé les Universités, les quartiers, les espaces publics en vue de sensibiliser l’opinion publique nationale sur les problématiques de droits humains en lien avec les personnes défendues et requérir leur participation dans l’action de solidarité envers les personnes en danger. Les populations qui ont participé n’ont pas monnayé leur contribution, permettant à la section de récolter plus de 10 500 signatures pour exiger le respect des droits des personnes en danger aux Etas Unis, en Inde, en Chine, aux Philippines, en Afrique du sud et au Nigéria.

C’est donc avec fierté que nous remercions toutes les personnes qui ont visité les stands d’Amnesty ou qui ont participé aux débats et à la signature des pétitions concernant les personnes en danger. 

jeudi 15 janvier 2015

Lancement du rapport sur l’utilisation excessive de la force par l’armée au Burkina, une étape vers l’exigence d’une enquête et la lutte contre l’impunité

« Vous refusez de marcher ? Ok, restez-là ! Lorsque nous aurons renversé le pouvoir, vous n’aurez pas droit à un poste au sein du gouvernement… ». C’est sur ce ton satirique et empreint d’engagement pour le changement que Jacob TONDE, étudiant en deuxième année à l’Ecole National d’Administration  et de la Magistrature (ENAM), mort par balle le 30 octobre, a fait ses adieux à sa grande sœur et à sa copine qui tentait de le dissuader de participer aux manifestations contre la modification de l’article 37 de la Constitution, selon les témoignages de la grande sœur lors de la conférence de presse de lancement du rapport d’Amnesty International sur le recours excessif à la force contre des manifestants au Burkina Faso.

Intitulé « Qu’est-ce qu’ils avaient dans la tête pour tirer sur les gens ?» La répression de manifestations contre le gouvernement au Burkina Faso », le rapport qui est lancé aujourd’hui, jeudi 15 janvier à l’hôtel Pacific de Ouagadougou, est le fruit d’une recherche menée par les chercheurs d’Amnesty International et le courage des victimes, ainsi que la collaboration de certaines autorités nationales sur les événements qui ont eu lieu à Ouagadougou du 30 octobre au 2 novembre 2014. S’étant focalisé principalement sur les manifestations qui se sont déroulées autour de l’assemblée nationale, de la maison du frère de l’ex-président et de la résidence de ce dernier, ainsi qu’au niveau de la maison d’arrêt et de correction (MACO), le rapport met en lumière et dénonce l’utilisation abusive de la force contre des manifestants par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Pour ce qui concerne la MACO, des gardes de sécurité pénitentiaire, ainsi que des gendarmes venus en renfort sont également mis en cause pour recours excessif à la force contre des détenus qui ont tenté de s’évader au soir du 30 octobre. L’organisation s’indigne également des conditions de détentions des détenus qui auraient causé la mort de deux détenus au cours de cette tentative d’évasion. En sus de ces traitements cruels et inhumains à l’encontre de détenus, les coups de feu ont fait dix morts et des centaines de blessés parmi les manifestants qui ne faisaient qu’exercer leur droit de manifester pacifiquement.

L’organisation conclut à une violation des droits humains commise par les responsables chargés de l’application des lois, une violation qui doit être punie comme une infraction pénale au regard du Principe 7 des Principes de base sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu adoptés par les Nations unies en 1990. Plusieurs autres textes internationaux auxquels le Burkina Faso s’est engagé à respecter, ainsi des lois nationales interdisent le recours abusifs à la force meurtrière contre des manifestants ou des détenus en dehors des seuls cas de légitime défense et d’ultime nécessité de protéger des vies humaines, eux-mêmes soumis à des conditions drastiques à l’effet d’éviter les abus.


En réponse à cette situation de violation des droits humains et fidèle à sa mission, Amnesty International a formulé des recommandations à l’endroit des autorités de la transition afin que des enquêtes soient menées permettant aux auteurs de rendre des comptes. Elle exhorte également les autorités à respecter le droit de manifester pacifiquement, à protéger le droit des journalistes à exercer leur métier, et à garantir le droit de toutes les victimes à la vérité, à la justice et à des réparations. En vue de donner suite à ses recommandations, Amnesty International s’engage dans une campagne de plaidoyer en collaboration avec d’autres organisations de défense des droits humains et aux côtés des victimes. C’est en tout cas l’assurance qui a été donnée aux journalistes dans la phase des débats au cours de laquelle cette préoccupation a été soulevée.

Pour plus d'informations