Suivre les mises à jour par email

mercredi 14 novembre 2012

Elections couplées 2012 : les femmes de la région des hauts bassins entendent exposer leurs préoccupations liées à la santé maternelle aux leaders locaux !


Cela fait plus deux (2) années que Amnesty International a lancé la campagne pour la promotion du droit à la santé maternelle et la réduction de la mortalité maternelle au Burkina Faso. Si des engagements formels ont été pris au plus haut sommet de l’Etat, et même si le contexte actuel s’offre davantage au débat et au renforcement de l’approche fondée sur les droits humains dans la lutte contre la mortalité maternelle, force est de constater que les difficultés liées à l’accès aux soins et aux droits sexuels et reproductifs continuent d’être une réalité pour beaucoup de populations. En effet, beaucoup de personnes rencontrées par les équipes d’Amnesty Burkina lors des séances de sensibilisation se félicitent de la prise de conscience et des changements de comportement au niveau de certaines communautés. C’est ce que, par exemple, les femmes des villages de Kouakoualé et de Badala dans la région des Hauts – bassins ont témoigné lors de leur rencontre avec la Chargée de campagnes sur l’Afrique de l’ouest d’Amnesty International au début du mois de novembre.

L’un des axes de la campagne étant de contribuer à l’autonomisation des populations, notamment les femmes, dans la revendication de leur droit à la santé maternelle, a conduit Amnesty Burkina à faire un travail de renforcement des capacités des femmes et des communautés dans le plaidoyer pour la prise en charge de leurs préoccupations liées à la santé maternelle. Au Burkina Faso, le processus de décentralisation bat son plein. Dans ce cadre d’ailleurs, des compétences relatives à la gestion des centres de premier niveau de soins ont été rétrocédées aux communes.  Des initiatives fortes au niveau décentralisé dans le domaine de santé maternelle pourraient que contribuer à l’accompagnement des efforts déployés au niveau national en vue de réduire de façon significative les décès maternels évitables. Autrement dit, les débats politiques à venir constituent des enjeux importants d’expressions et de prises en compte des préoccupations majeures des populations. C’est le souhait de beaucoup de femmes, et vivement que cela soit partagé par la multitude de leaders politiques désireux de briguer des mandats électifs pour les années à venir et que, enfin s’émergent davantage de dirigeants consciencieux prompts à prendre des engagements et les traduire dans les faits pour que des solutions idoines soient trouvées en vue d’en finir avec les décès maternels évitables dans notre pays.

En rappel, selon le Ministère de la santé (statistiques 2007) plus de 2000 femmes meurent chaque année au Burkina de suite de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. Or, du point de vue des spécialistes, la quasi-totalité de ces décès auraient pu être évités si ces femmes avaient eu accès aux soins et à temps, et si elles avaient eu l’information et le pouvoir de décider relativement à leurs droits sexuels et reproductifs.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire