Suivre les mises à jour par email

mardi 24 juillet 2012

Journée d’action sur la Gambie : Amnesty International Burkina Faso appelle à la libération d’un militant condamné à la détention à perpétuité!

A l'instar des autres sections et structures d'Amnesty International, Amnesty International Burkina Faso a appelé hier, à la libération immédiate et sans condition d'Amadou Scattred Janneh en Gambie.
Ancien ministre de l'Information et de la Communication du gouvernement gambien, Amadou Scattred Janneh a été arrêté en juin 2011 après avoir distribué des T-shirts fabriqués par l'organisation non gouvernementale Coalition pour le changement en Gambie (CCG), qui portaient le slogan « En finir maintenant avec la dictature ». Il a été déclaré coupable de trahison en janvier 2012 et condamné à la prison à vie et aux travaux forcés. « Amadou Scattred Janneh est un prisonnier d'opinion, emblématique de la situation désastreuse des droits humains qui règne en Gambie actuellement, a indiqué Ayodele Ameen, responsable de campagne sur la Gambie à Amnesty International. En effet, chaque année en Gambie, des journalistes, des défenseurs des droits humains et des opposants politiques sont arrêtés illégalement, torturés, harcelés et menacés ; ce qui ne leur permet pas de faire leur travail.
Pour Amnesty International, les autorités doivent remettre en liberté ce militant et la « La Gambie doit prendre au sérieux ses obligations régionales et internationales relatives aux droits humains et veiller à ce que les droits fondamentaux de tous soient respectés, protégés et concrétisés. »
C'est ce que le mouvement entend réclamer chaque année à travers la Journée du 22 Juillet, date à laquelle le Président lui-même a retenu pour célébrer la LIBERTE.
Au Burkina, la section a encore fait recours aux médias pour faire passer le message et interpeller le Président de la Côte d'Ivoire, Président de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), afin qu'il participe à l'appel pour la libération immédiate d'Amadou Scattred Janneh. Aussi, la section a organisé une rencontre avec des jeunes sympathisants dans un des quartiers de la capitale en vue de les sensibiliser et de les mobiliser également dans l'action en faveur des droits humains en Gambie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire