Suivre les mises à jour par email

vendredi 20 juillet 2012

Le collectif des artistes musiciens contre la mortalité maternelle remet le débat sur la table à travers un concert de musique

La salle de spectacle « Rem-doogo » de Ouagadougou forte de 600 places assises, a refusé du monde le vendredi 08 juin 2012.  En effet, plus de 1000 personnes, membres, sympathisants et fans du collectif des artistes musiciens contre la mortalité maternelle, ont répondu présentes à l’appel de la section Amnesty International Burkina Faso dans le cadre de sa  campagne contre la mortalité maternelle Cette action musicale, de sensibilisation et de plaidoyer constitue une activité de suivi de l’implication des artistes musiciens dans les efforts de la section en vue de contribuer à la réduction de la mortalité maternelle au Burkina Faso.

Cinq artistes des sept membres du collectif, à savoir Smockey, Rovane, Baz-Bill, Eudoxie et Sandrine NAMA, ont tenu le public éveillé durant plus de 2 heures d’horloge. Avant le début du concert proprement dit, il a été communiqué au public le but de la soirée. La Présidente d’Amnesty International Burkina Faso a ensuite livré son message d’ouverture en évoquant l’origine de la campagne contre la mortalité maternelle, les péripéties du début jusqu’à nos jours. Elle a par la même occasion située le contexte du concert de musique, l’intérêt et l’importance d’une telle action des artistes en faveur de la santé maternelle au Burkina Faso. Les autorités ont été interpelées par rapport à la nécessité de lever les barrières financières aux soins de santé maternelle. La Secrétaire Générale du Ministère des Droits Humains et de la Promotion Civique, représentant le Ministre invité au spectacle, a reçu des mains de la Présidente d’Amnesty Burkina des pétitions contenant 520 signatures, en provenance des sections du Canada et de Hong Kong. Ces pétitions, qui sont adressées au Président de la République, viennent grossir le nombre de pétitions déjà transmises au Chef de l’Etat l’exhortant de mettre en œuvre ses engagements. 

La Secrétaire générale du Ministère de la Promotion des droits humains a fait un communiqué sur la situation de la mortalité maternelle et félicité Amnesty International Burkina Faso pour le combat qu’elle mène en faveur des femmes du Burkina. Elle a encouragé les membres à persévérer dans cette mission noble.

Il faut dire que l’objectif visé à travers ce concert est de communiquer à un large public les causes et les statistiques de la Mortalité Maternelle et ainsi de le sensibiliser en vue d’une plus grande prise de conscience de ce fléau qui touche les femmes voulant donner naissance. Le message d’Amnesty Burkina est clair là-dessus, réduire de façon significative le taux de mortalité maternelle et cela passe par une prise de conscience du problème par le plus grand nombre de personnes, et la sensibilisation de ces dernières constitue un atout pour amener nos autorités qui doivent de ce fait adopter des mesures qui vont dans le sens de la mise en œuvre du droit à la santé maternelle.

La dernière des chansons chantées fut la chanson sur la mortalité maternelle. Composée et chantée par l’ensemble des sept (7) artistes composant le collectif des artistes musiciens contre la mortalité, cette chanson est sortie il y a plus d’une année et contribue aujourd’hui à la sensibilisation du public burkinabé et d’ailleurs. Dès que le ton de la chanson a été lancé, beaucoup de membres et sympathisants d’Amnesty Burkina ont rejoins les artistes sur la piste.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire