Suivre les mises à jour par email

lundi 12 avril 2010

Amnesty Burkina participe à une Journée de promotion de la santé maternelle et infantile à Bougrétenga.


Le mercredi 8 avril dernier, une délégation d’Amnesty International Burkina a participé à une foire sur la santé maternelle et infantile à Bougrétenga, un village situé à 12 km de la ville de Pouytenga dans la région du centre – est et relevant de l’aire sanitaire de Kando.

Organisée par l’association Bangr-nooma de Koupéla, l’association pour le développement de Bougrétenga, avec l’appui du Projet Survie de l’Enfant de l’ONG plan Koupéla, cette Journée avait pour objectif de contribuer à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant au sein des communautés par la promotion de l’implication des leaders aux activités de promotion de santé communautaire, le rehaussement du niveau de participation des Agents de Santé Communautaires (ASC), des Accoucheuses Villageoises et du comité de gestion (COGES) aux activités du Projet Survie de l’Enfant, l’augmentation du niveau de fonctionnalité des Cellules de Santé Villageoise (CSV) dans l’aire sanitaire de Kando.

Dans la matinée, une course cycliste féminine a d’abord été organisée avant la mobilisation au sein de l’école de Bougrétenga, site de la première édition de la Journée de promotion de la santé maternelle et infantile de cette localité. Pendant la cérémonie d’ouverture qui a suivi, un sketch sur les consultations prénatales et le paludisme a permis aux jeunes de sensibiliser les centaines de personnes qui composaient l’assistance sur l’importance des consultations prénatales et la façon de se prémunir contre le paludisme. Du discours du représentant du parrain à celui du Secrétaire général de la mairie de Kando, représentant le maire, les autorités ont félicité cette initiative et rappelé que la lutte contre la mortalité maternelle et infantile figure en bonne place dans la liste des priorités du gouvernement burkinabé. Celles-ci ont aussi invité les populations de l’aire sanitaire de Kando à fréquenter le CSPS pour les consultations prénatales et les accouchements. Elles ont enfin souligné l’importance de la planification familiale dans la promotion de la santé maternelle et infantile et exhorté les populations à adopter une méthode contraceptive pour le contrôle des naissances de leurs enfants. A la suite des discours, un cérémonial de remise de prix a permis de récompenser les quatre (4) meilleurs agents de santé communautaire dont deux (2) agents de santé villageoise et deux (2) accoucheuses villageoises. Des femmes enceintes résidant à plus de 5 km du CSPS et ayant fait au moins quatre (04) CPN et accouché en maternité ont aussi été sélectionnées et primées. Amnesty Burkina a encouragé toutes ces personnes en contribuant aux différents prix par la distribution de gadgets (tee-shirt) promotionnels à tous les lauréats.

Après la cérémonie d’ouverture, une grande Kermesse a pris place et servi de cadre d’animation musicale de tout ordre, d’organisation de jeux concours, de rencontres et d’échanges entre les différents acteurs locaux et nationaux. Quant à la délégation d’Amnesty Burkina, elle a tenu un stand d’animation et de vulgarisation des informations à propos de la campagne sur la mortalité maternelle. Elle a aussi eu des échanges très fructueux avec les responsables des associations organisatrices, les membres du personnel de santé et du comité de gestion du CSPS de Kando.
En somme, l’intérêt de notre participation à cette foire a été d’abord le soutien à cet exemple d’engagement communautaire qui recommande le soutien de tout acteur œuvrant pour la réduction de la mortalité maternelle et/ou infantile au Burkina Faso. Ensuite, cette expérience a permis le partage et la récolte d’information sur la situation de la santé maternelle et les différentes préoccupations des populations dans l’aire sanitaire de Kando. Enfin, la contribution à la visibilité de cette initiative auprès de tous les partenaires servira sans doute à l’organisation ou à l’appui de ce type d’initiative communautaire de lutte contre la mortalité maternelle et, pourquoi pas, à l’avènement d’une foire nationale, régionale ou internationale entre les partenaires eux-mêmes.

Informations complémentaires sur l’aire sanitaire de Kando :

Selon les données du CSPS de Kando, l’aire sanitaire de Kando compte une population de 20 942 habitants en 2010. Le problème majeur qui joue beaucoup sur les indicateurs est celui lié aux difficultés d’accès géographique au CSPS, surtout en saison des pluies. Des cas d’accouchement au bord des marigots et des cours d’eaux ont été relevés. Le village le plus proche se situe à 4 km du CSPS et celui le plus éloigné est à plus de 30 km du CSPS. Conséquences : le nombre de CPN 2 était de 527 femmes en 2009, soit un taux de couverture de 50,70 %. Dans la même année, le nombre d’accouchements assistés en maternité était de 453, soit un taux de couverture de 48,65 %. Concernant la planification familiale, 407 femmes se sont inscrites en 2009, ce qui représente un taux de prévalence contraceptive de 10,82 %.

Pour juguler le problème d’accessibilité au centre de soins et accroitre la qualité des soins, l’association pour le développement de Bougrétenga, avec l’appui de ses partenaires extérieurs, a initié un projet déjà très avancé de construction d’un CSPS dans le village de Bougrétenga et ce CSPS sera à environ 7 km de celui de Kando. Selon, l’Infirmier Breveté du CSPS de Kando, le fonctionnement du nouveau CSPS facilitera le travail du personnel et l’accès de certaines populations de l’aire sanitaire de Kando. Encore faut-il que le gouvernement et les bailleurs potentiels écoutent les doléances de l’association exprimées à maintes reprises lors de la tenue de cette foire de promotion de la santé maternelle et infantile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire