Suivre les mises à jour par email

jeudi 2 décembre 2010

Elections présidentielles au Burkina : des associations et des ONG interpellent les candidats aux élections

L’accès universel au droit à la santé maternelle des femmes doit être une priorité au Burkina Faso : Appel solidaire des associations et ONG de la société civile aux candidats à la présidentielle de 2010.

Les associations et ONG œuvrant dans le domaine des droits humains et de la santé, mobilisées dans une proportion exceptionnelle, lancent un appel pressant aux candidats à la prochaine élection présidentielle de novembre 2010 pour qu’ils prennent clairement position en faveur d’une politique d’accès universel au droit à la santé maternelle au Burkina Faso, ainsi qu’à tous les droits sexuels et reproductifs.
Ensemble, les associations et ONG signataires sollicitent de la part des candidats à la présidentielle des engagements solennels pour donner une impulsion décisive au processus de réduction drastique des décès maternels, afin que le Burkina Faso respecte ses obligations vis-à-vis du droit des femmes à la santé et que le sort de celles-ci soit amélioré. Cette impulsion devrait notamment consister en l’exemption totale du payement des soins de santé maternelle et la promotion des soins de qualité.
Les expériences d’exemption du paiement des soins de santé de l’ONG Help et l’ONG Terre des Hommes dans quatre (4) districts sanitaires du Burkina Faso ont clairement montré que la gratuité des soins de santé constitue une véritable solution aux accouchements médicalement assistés et à l’accès aux soins obstétricaux d’urgence par toutes les femmes. L’accouchement médicalement assisté et l’accès aux soins obstétricaux d’urgence par les femmes ont été identifiés par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) comme des piliers de toute stratégie visant à réduire la mortalité maternelle conjointement à la planification familiale.
En février 2010, lors d’une audience accordée à Amnesty International, le Président du Burkina Faso s'est engagé à lever tous les obstacles financiers aux soins obstétricaux d'urgence et à l'accès à la planification familiale dans le cadre de la stratégie de lutte nationale contre la mortalité maternelle. Le 8 septembre 2010, le Conseil des ministres a examiné et adopté un rapport relatif à un plaidoyer pour la gratuité de soins aux femmes et nouveau-nés. Malgré le fait que ce rapport n’ait jusqu’à présent pas encore été rendu public, le Conseil des ministres a indiqué que l’objectif visé est la suppression des coûts financiers directs liés au continuum de soins en faveur de la mère et du nouveau-né. L’ensemble des soins porte sur la planification familiale, la consultation prénatale y compris la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, les accouchements et les soins obstétricaux et néonatals d’urgence, les activités de soutien et d’équipement.

La nécessité de poursuivre les efforts en vue de la réduction de la mortalité maternelle en améliorant notamment l’accès aux droits sexuels et reproductifs a été soulignée tant sur le plan international que sur le plan du continent africain. Dans son plus récent rapport sur le Burkina Faso, le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes a, en octobre 2010, recommandé à l’État burkinabè de « financer de manière adéquate les services et centres de soins en matière de family planning afin d’améliorer l’accessibilité de ces services aux femmes dans les zones rurales ».
Par ailleurs, lors du récent sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Kampala en juillet 2010, les chefs d’Etat et se sont engagés à « renforcer le système de santé pour fournir des services de santé globaux et intégrés en matière de santé maternelle, néonatale et infantile, en particulier des soins de santé primaires, le renforcement de la planification familiale, ainsi que la sécurité des produits sanitaires dans le domaine de la procréation ».
Lors de la caravane de sensibilisation et de plaidoyer en faveur du droit à la santé maternelle organisée par Amnesty International et ses partenaires, les populations, notamment les femmes, ont demandé que leurs préoccupations en matière de santé maternelle soient prises en compte par les autorités en tant qu’un droit humain. Il ne faut jamais oublier que plus de 2 000 femmes meurent chaque année au Burkina par suite de complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et cela constitue une atteinte grave à leur droit à la santé. Ce droit est pourtant garanti dans le droit national et dans plusieurs conventions internationales auxquelles le Burkina Faso est partie prenante.
Au regard de la place des droits humains dans le processus démocratique et du rôle de la femme dans le développement d’un pays, les revendications relatives à son droit à la santé maternelle méritent d’être prises en compte en ces moments de débats politiques et du choix du futur Président de la République. Pour toutes ces raisons, nous, membres de la société civile, demandons solennellement aux candidats, ainsi qu’à tous les responsables politiques, de prendre clairement position en faveur de la gratuité des soins de santé maternelle et de planification familiale afin de réduire les taux de mortalité et de morbidité maternelle au Burkina Faso.
Convaincus du bien fondé de notre action, Nous, associations et ONG signataires, vous remercions de vos réponses et vous assurons, Messieurs les candidats à l’élection présidentielle, de notre haute considération et de notre engagement à favoriser le retour de vos réactions chez l’ensemble des populations burkinabé, ainsi que devant l’opinion publique internationale.
Ouagadougou, le 17 Novembre 2010
Associations et ONG signataires :
AIDS Empowerment and Treatment International (AIDSETI)
Amnesty International Burkina Faso
Association Burkinabé des Infirmières (ABI)
Association Burkinabé des Sages-femmes (ABSF)
Association Delwendé· Association Maternité Sans Risque (AMASAR)
Association Songui Manégré Aide au Développement Endogène (ASMADE)
Centre d’Information et de Documentation sur le Sida et la Tuberculose (CICDOC)
Conseil Burkinabé des ONG et Associations de lutte contre le Sida (BURCASO)
Equilibre et Populations (E&P)
Family Care International (FCI/Burkina)
Help Assistance allemande
Initiative Privée Communautaire de lutte contre le Sida (IPC/Burkina-Faso)
Marie Stoppes International (MSI)
Médecins du Monde (MdM)
ONG Voix des Femmes (OVF)
SOS/Jeunesse et Défis
Save the Children Canada
Terre des Hommes (Tdh)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire